Symptôme - Troubles de l'interaction sociale dans l'autisme

Les troubles de l'interaction sociale dans l'autisme 

Les troubles neurologiques causés par l'autisme troublent le développement des facultés nécessaire à une vie sociale épanouie. Ainsi, les personnes atteintes d'autisme auront tendance à sur-interpréter ou à ne pas comprendre certaines formalités du quotidien. De la même manière, les comportements induits par cette maladie sont donc souvent peu adaptés et  mal compris par les personnes n’étant pas encore sensibilisées.

Voici une vidéo de témoignage de personnes atteintes d'une forme d'autisme légère, mais précieuse pour comprendre les difficultés à mettre en place des relations sociales.

Les causes 

Les personnes atteintes d’autisme semblent avoir des difficultés à attribuer des émotions, des pensées et des sensations à d’autres personnes. C’est ce qui est appelé les déficits de la théorie de l’esprit. Théoriser l’esprit de quelqu’un est indispensable pour la vie en communauté. Par exemple, nous savons comment un enfant se sent et ce à quoi il pense au moment où il vient de faire tomber sa glace ! Les personnes atteintes par l’autisme présentent de grandes difficultés à reconnaître les états émotionnels d’une autre personne, mais aussi pour interpréter leurs propres émotions, rendant les interactions sociales très complexes. De plus, il semble que l’autisme cause aussi des problèmes relatifs aux autres fonctions cognitives les plus développées chez l’Homme : les fonctions exécutives. Ces fonctions sont destinées à contrôler et à planifier tous nos comportements et toutes nos idées. Les autistes auraient donc des difficultés à « initier » les interactions sociales. 

A quoi s'attendre 

  • Les comportements de l'enfant seront parfois inadaptés lors d’interactions entre ce dernier et les parents, mais aussi en situation moins privée. 
  • L’enfant ne comprenant pas son environnement risque de s’isoler un maximum des interactions du quotidien. Il aura beaucoup de mal à se faire des amis, à s’intégrer à des groupes
  • L'enfant aura des difficultés de compréhension des règles socialement partagées (ne pas faire de commentaires inappropriés, etc). 
  • Il n'utilisera pas ses capacités non-verbales (les gestes et les expressions faciales) pour faciliter la compréhension des idées.
  • Il ne cherchera pas naturellement la compagnie de ses pairs et pourra être réfractaire à l’interaction en général
  • Un enfant autiste évitera le regard des personnes qui communiquent avec lui. Cela perturbe grandement la possibilité pour l’enfant de mettre en place des relations durables avec les autres, surtout si ces derniers ne sont pas sensibilisés à la maladie.

Comment réagir 

 

Il est très compliqué de proposer une formule toute faite pour vivre avec les déficits dans les interactions sociales. Il peut être très frustrant pour des parents d’avoir tant de difficulté à construire une relation stable avec leur enfant. Mais il faut garder à l’esprit que ce n’est pas la faute de l’enfant, ni celle de l'entourage et que pour cela il faut tout mettre en place pour que ce dernier puisse avoir la vie la plus épanouissante possible.

 

  • Ne vous mettez pas en colère, les personnes atteintes d’autismes ont beaucoup de difficultés à appliquer de manière étendue les règles sociales. Essayez de trouver la bonne formule pour montrer à votre enfant que son intervention n’était pas appropriée.
  • Réagissez toujours de la même manière pour les situations sociales inappropriées. Vous pouvez expliquer aux personnes de votre entourage en quoi consiste la maladie.
  • Favorisez l’interaction sociale. Dès le diagnostic, le manque d’interaction entre les parents et l’enfant peut favoriser le développement des troubles plus tard.  
  • Utilisez des outils adaptés. En effet, l’enfant autiste va s’adapter à son environnement avec les outils à sa disposition. Il est avéré que les autistes préfèrent les supports plus visuels que verbaux. L’utilisation de livres à image est fortement répandue