Symptôme - Rigidité et lenteur musculaire dans la maladie de Parkinson 

 

Rigidité et lenteur musculaire dans la maladie de Parkinson

Dans la maladie de Parkinson, la lenteur du mouvement et la rigidité sont deux symptômes différents. Il reste cependant deux des principaux symptômes permettant de diagnostiquer cette maladie.

 

On distingue la lenteur des mouvements (bradykinésie) qui s’exprime par une difficulté à réaliser des gestes simples comme nouer une cravate ou taper un numéro de téléphone, et la rigidité musculaire (akinésie) qui s’exprime par une difficulté à initier le mouvement. L’akinésie touche surtout les mouvements complexes ou les suites de mouvements comme ceux réclamant de la précision (battre la mesure avec le pied) et les mouvements semi-automatiques telles que la marche ou l’écriture. Pendant la marche, la perte du ballant d’un bras est très fréquente. La personne effectue une marche lente, composée de petits pas et un des deux bras reste totalement figé. Concernant l’écriture, la maladie de Parkinson se manifeste par une difficulté à écrire de façon continue ;  le fait d’écrire de plus en plus petit lorsque l’écriture n’est pas stoppée (micrographie) est l’un des principaux symptômes de cette maladie. Enfin, l’expression de ces deux symptômes est étroitement liée à l’état émotionnel du patient ; le stress, les émotions fortes et la fatigue peuvent engranger ou aggraver cela.

Ces symptômes sont de loin les plus incapacitants pour les patients et ont tendance à rapidement les démoraliser. La personne aura du mal à refaire des mouvements avec une amplitude, une rapidité et une précision normale. La réalisation des mouvements se fera donc avec de grands efforts mentaux. C’est notamment pour cela qu’un bon soutien extérieur est nécessaire.

 

A quoi s’attendre 

•   La personne ne pourra plus effectuer les tâches du quotidien et professionnelles de la même manière.

•   Tous les mouvements devront être exagérés pour pouvoir atteindre un niveau d’efficacité normal.

•   Des raideurs peuvent apparaitre dans les membres, souvent confondues avec de l’arthrite. Les traitements contre la maladie de Parkinson traitent les raideurs causées par cette dernière, pas les symptômes de l’arthrite.

•   Le battement des paupières se fera de manière très lente.

•   Le ralentissement des gestes alternatifs rapides comme celui de l’opposition pouce-index ou le fait de se brosser les dents.

•   Les expressions naturelles du visage vont s’estomper avec la maladie de Parkinson. On appelle ce symptôme l’hypomimie.

•   La perte du ballant du bras et un marche lente, faite de petit pas, est caractéristique d’une démarche parkinsonienne.

 

Comment réagir 

•   Il est important que la personne atteinte par la maladie de Parkinson puisse continuer à réaliser les activités qui lui tiennent à cœur. Il faudra donc trouver des moyens pour faciliter les mouvements nécessaires à la tâche. Il est possible de remplacer l’écriture papier par l’informatique quand celle-ci devient trop difficile par exemple. Un logiciel de saisie vocale peut aussi constituer un outil utile si les troubles de la parole ne sont pas trop marqués.

•   Motiver la personne à s’imaginer des mouvements exagérés pour pouvoir atteindre des mouvements normaux : Penser à crier pour pouvoir parler par exemple.

• Pratiquer des exercices physiques adaptés. Consulter les services médicaux spécialisés : kinésithérapie, ergothérapie ou rééducation physique en piscine.

•   Faire preuve d’une grande patience avec la personne atteinte par la maladie. En effet son expression orale, son déplacement et tous les autres mouvements seront ralentis. Laisser la personne se débrouiller seule et être le plus encourageant possible.

Références : American Parkinson disease Association, INC