Symptôme - Les symptômes négatifs dans la schizophrénie

Que sont les symptômes négatifs ?

Les symptômes négatifs recoupent une palette diverse de symptômes présents dans la schizophrénie. Contrairement aux symptômes positifs (délires, hallucinations, etc), ils ne répondent que faiblement aux traitements médicamenteux. Si les symptômes positifs "ajoutent" une ou plusieurs nouvelles dimensions à la réalité perçue par la personne atteinte de schizophrénie, les symptômes négatifs "affaiblissent" certaines capacités du patient.

Liste non exhaustive des symptômes négatifs :

  • Anxiété 
  • Troubles de l'organisation (apragmatisme)
  • Apathie (perte d'énergie, la capacité à prendre des initiatives est aussi altérée)
  • Retrait social
  • Emoussement émotionnel et affectif
  • Désorganisation de la pensée (alogie)

Origine des symptômes : origine primaire et secondaire

Les symptômes négatifs peuvent avoir plusieurs causes : un symptôme primaire est considéré comme une conséquence directe de la pathologie, tandis qu'un symptôme "secondaire" peut avoir une origine médicamenteuse ou encore être lié à un autre symptôme comme les hallucinations. Il est donc important de connaître l'origine du symptôme afin de savoir comment le traiter.

Exemple : Madame Z. est atteinte de schizophrénie depuis plusieurs années. Au fil du temps, elle a traversé plusieurs épisodes psychotiques intenses durant lesquels elle souffrait d'hallucinations et de délires. Ces épisodes ont notamment eu pour conséquence de la décrédibiliser socialement de manière durable. Elle a ainsi perdu contact avec de nombreux amis, perdu son emploi et seuls quelques membres de sa famille la considèrent encore comme fréquentable. Ici, son isolement social est donc principalement dû aux symptômes positifs (délires et hallucinations).

 

Quelles conséquences ?

Les répercussions des symptômes négatifs sont à géométrie variable. Suivant les cas, la vie de tous les jours peut être lourdement affectée. Parmi les conséquences, on peut entre autres citer la perte d'emploi ou l'interruption d'études, l'impossibilité d'effectuer des actes de la vie de tous les jours, les difficultés de communication, une restriction de l'entourage social, une fatigue chronique ou encore une sensation d'insécurité latente.