Symptôme - Les épisodes maniaques dans les troubles bipolaires

Les épisodes maniaques et les troubles bipolaires :

 Les épisodes maniaques sont l’un des symptômes les plus importants des troubles bipolaires de type I. Ils sont aussi appelés « manie » ou parfois « périodes up ». En période maniaque, une personne atteinte de troubles bipolaires va ressentir une très forte hausse de sa confiance en soi, une énergie débordante, une hypersensibilité émotionnelle ainsi qu’une fuite des idées.

Ces épisodes sont chroniques, c’est-à-dire qu’ils ressurgissent de manière régulière en l’absence de traitement et de suivi médical. Ils peuvent durer de plusieurs jours à plusieurs semaines et peuvent être très déstabilisants pour l’entourage. Ils sont généralement suivis d’une dépression de sévérité variable, d’où l’impression trompeuse que la personne a deux personnalités (l’une joyeuse et l’autre triste) et des confusions avec la schizophrénie et les troubles dissociatifs de l’identité.

Comportements à risque et manie

La manie est parfois associé à des comportements à risque : surévaluation de ses compétences professionnelles, élaboration de projets insensés (achat simultané de deux voitures par exemple), consommation de drogue, sexualité non protégée ou encore excès de vitesse.

 

Augmentation de l’énergie et besoin de sommeil :

En phase maniaque, une personne bipolaire va ressentir une diminution importante de son besoin de sommeil : elle va parfois avoir besoin de seulement deux heures de sommeil par nuit sans ressentir de fatigue durant la journée. Elle va même être plus énergique et multiplier ses activités sociales et professionnelles.

Exemple : Julien est actuellement en phase maniaque. Il s’est levé à 6H du matin, a pris son petit déjeuner puis à fait un footing d’une demi-heure. Il est ensuite rentré pour prendre une douche et est arrivé à son travail à 8H30. Il a ensuite travaillé jusqu’à 20H30 presque sans pause. Il s’est ensuite rendu à un dîner avec des amis jusqu’à 23H, puis il est rentré chez lui et a continué à travailler jusqu’à 4H du matin avant d’aller se coucher. Le lendemain, il s’est à nouveau réveillé à 6H du matin et a tenu ce rythme pendant plusieurs semaines.

Le patient peut manifester une hausse de la motricité : un besoin de bouger en permanence, de faire les cent pas est souvent observé. De plus, quelqu'un comme Julien peut ne pas comprendre que son entourage ne fasse pas preuve de la même énergie, ce qui peut déclencher de l’irritabilité et une tendance à réagir très vivement.

 

Hausse de la confiance en soi :

La manie va accroître énormément la confiance en soi de la personne qui peut éprouver dans certains cas des délires de grandeur et monter des projets insensés pour lesquels elle n’a pas nécessairement les compétences : créer une entreprise, écrire un livre, etc. Durant les épisodes maniaques, les bipolaires peuvent être extrêmement persuasifs, voire charismatiques et vous convaincre du bien-fondé de leur point de vue.

Cela va souvent les entrainer à sous-estimer les risques liés à une activité comme les sports extrêmes ou encore la conduite automobile, ce qui fait qu’une personne bipolaire peut être un danger pour elle-même durant une phase « up ».

 

La sensation de « fuite des idées » :

Une impression que les idées défilent à très grande vitesse dans l’esprit de la personne est généralement ressentie. Les pensées se suivent très rapidement (tachypsychie), voire se bousculent : typiquement, la personne va se sentir plus imaginative et plus créative. Néanmoins, elle va éprouver des difficultés à se concentrer sur une idée précise et des problèmes d’attention ou de distractibilité sont courants.

La conséquence peut être une logorrhée : la parole devient très rapide, incessante et difficile à suivre comme à interrompre. C’est le reflet de cette fuite des idées.

 

L’hypersensibilité émotionnelle :

Un épisode maniaque va engendrer des troubles émotionnels non négligeables : l’intensité des sensations ressenties par un bipolaire est beaucoup plus vive : tout est plus beau, plus fort, plus intense. Dans certains cas, une personne peut voir les couleurs plus vives que d’habitude.

Cela peut entrainer une instabilité des émotions : la personne peut passer du rire aux larmes en quelques secondes. Elle peut avoir des accès subits de générosité et développer davantage d’empathie (capacité à ressentir les émotions de son entourage).

 

Comment agir ?

En raison des symptômes, un bipolaire ne se plaindra pas durant un épisode maniaque. Au contraire il va se sentir « parfaitement bien » et ne pas percevoir les conséquences de ses actes. En raison de l’énergie débordante d’un bipolaire en période maniaque et de sa grande confiance en soi, il est très difficile d’empêcher le malade d’agir. Au contraire, la personne va croire qu’on essaye de la freiner et peut devenir irritable.

L’intensité des symptômes peut varier suivant les épisodes et les personnes. Suite à une phase de manie, un sentiment de honte et de culpabilité est fréquent. Il faut donc prévenir les comportements à risques, apprendre à la personne l’importance de son suivi médical en la psycho éduquant. Au besoin, l’hospitalisation peut s’avérer nécessaire.