Symptôme - Le stade modéré dans la maladie d'Alzheimer

Le stade modéré

L'étape intermédiaire dans la maladie d'Alzheimer se caractérise par une aggravation des troubles. Cette étape est généralement la plus longue et c'est durant cette période que les aidants sont les plus vulnérables à l'épuisement.

A quoi s'attendre

Durant le stade modéré de la maladie, les lésions occasionnées ne permettent plus à la personne concernée d'exprimer correctement ses pensées et d'accomplir certaines tâches. Les problèmes, liés généralement au langage, à la communication et aux émotions inappropriées, rendent l'accompagnement plus important encore.

De nombreuses ressources existent qui permettent aux aidants familiaux et naturels d'avoir les outils d'une prise en charge plus efficace et moins fatigante.

Votre rôle d'aidant familial

La prise en charge d'une personne dans la phase modérée de la maladie demande une plus grande flexibilité de l'aidant. En effet, l'autonomie de son proche diminue, et le quotidien de ce dernier doit être structuré et adapté.

L'accompagnement autour de cette phase de la maladie demande de grandes capacités de prise en charge chez les aidants. Il est donc important de demander des conseils à des aidants déjà formés et de consulter les sites d'information. De plus, la formation est recommandée afin d’alléger le fardeau de la prise en charge.

Enfin, le point qui est peut-être le plus important : "Prenez soin de vous-même !". Les aidants doivent trouver des solutions pour prendre du temps pour eux et pour se reposer, pour faire en sorte de ne pas s'isoler et repérer toutes les solutions de répit afin de s'occuper d'eux-même.

Les manifestations du stress :

  • Le déni de la maladie par un proche ("Je sais que Maman ira mieux")
  • La colère envers la personne qui est atteinte d'Alzheimer
  • Le retrait de la sphère sociale (amis et activités)
  • L'anxiété orientée vers les événements futurs
  • La dépression qui enlève tout entrain et submerge de pensées négatives
  • L'épuisement quand les tâches du quotidien deviennent presque insurmontables
  • Les somnolences causées par la quantité de travail
  • L'irritabilité qui pousse à répondre avec émotion aux sollicitations et à prendre de mauvaises décisions
  • Le manque de concentration
  • Les problèmes de santé

Le stress peut mener à l'épuisement de l'aidant (burn-out). Il est donc évident que la santé de l'aidant est directement liée à celle de l'aidé.

Quelques astuces provenant de l'expérience des aidants familiaux :

  • Apprenez de l'expérience des autres ainsi que des connaissances médicales
  • Utilisez une voix douce et tranquille dans des situations de répétition de questions
  • Répondez à l'émotion, au lieu de répondre à la question en elle-même : la personne peut simplement vouloir du réconfort
  • Utilisez de simples pense-bêtes si la personne est encore capable de lire
  • Si vous décelez des changements dans le comportement, contactez un médecin afin de vérifier si il n'y a pas d'autres pathologies

Les problématiques rencontrées dans la phase modérée de la maladie d'Alzheimer

Les changements dans le comportement : Les changements dans le comportement sont les symptômes les plus désorientants pour les aidants familiaux. En effet, la personne souffrant de la maladie pourra ressentir de l'anxiété, être dépressive et irritable, et être sujette à des comportements de répétition. Les changements se retrouvent aussi dans les rythmes de sommeil, du langage et de l'orientation. Les informations sur les comportements, les agitations, les confusions, les répétitions et les troubles du sommeil seront traités plus avant.


La communication : Comme la maladie progresse, les personnes perdent peu à peu la faculté de communiquer verbalement mais aussi de comprendre leurs interlocuteurs. La communication se déplace alors à un niveau non verbal, dirigée par les sensations (le toucher, les odeurs, la tonalité familière de la voix). Il faut réduire le débit de parole et se concentrer sur la tonalité et les émotions (voix douce et bienveillante, en appuyant bien sur les informations nécessaires). 


Les soins et besoins journaliers : Manger, boire, se laver deviendront des tâches plus difficiles à réaliser à mesure de l'avancée dans la maladie. Il faut apporter un indéniable soutien pour préserver l’autonomie de la personne jusqu'au bout. 


Des activités qui donnent du sens Garder un quotidien actif dans la maladie d'Alzheimer permet d'éviter certains comportements comme l'agitation ou la déambulation. Il n'est pas nécessaire d'inventer de nouvelles activités mais plutôt de se concentrer sur les plus routinières pour la personne en perte d'autonomie. Ainsi, préparer la cuisine, faire une promenade, danser et chanter sont des activités qui peuvent être facilement mises en place.


La sécurité : Il est très important qu'une personne dans un stade modéré de la maladie ne prenne plus la voiture pour se déplacer, même si c'était l'habitude de toute une vie. Plus la maladie progresse, plus il sera nécessaire d'éviter que l'aidé se retrouve seul. Il faudra faire en sorte de la protéger des déambulations et des potentielles blessures.