Symptôme - L’apragmatisme dans la schizophrénie

La désorganisation au quotidien

L'apragmatisme, ou incapacité d'entreprendre des actions de la vie quotidienne

 

Les personnes atteintes de schizophrénie présentent très fréquemment ce symptôme qui peut avoir un retentissement important dans les activités sociales ou dans la vie quotidienne. Typiquement, l'apragmatisme empêche le patient de réaliser volontairement certaines activités courantes et de les planifier dans le temps. 

De fait, l'apragmatisme crée une impression extérieure d'incurie, de manque d'hygiène, mais aussi de manque d'organisation ou de ponctualité. Une personne atteinte d'apragmatisme considère non seulement des tâches comme faire ses courses ou le ménage comme dénuées d'intérêt, mais elle éprouve aussi de grandes difficultés à effectuer ces tâches de manière volontaire. Sa capacité de "vouloir-faire" est atteinte.

Les conséquences peuvent donc être multiples et peuvent aboutir à une désinsertion sociale et professionnelle. Il est donc nécessaire d'adopter des stratégies pour lutter contre ce symptôme. 

Exemples de situations problématiques dues à l'apragmatisme :

  • Difficultés à planifier et à effectuer des tâches ordinaires au travail
  • Problèmes de planification de son budget
  • Mauvaise gestion du ménage : la personne ne lave les surfaces et ou ne fait sa lessive que rarement.
  • Difficultés à prévoir ses achats quotidiens (nourriture, produits ménagers...)
  • Réticences à effectuer des tâches administratives courantes : impôts, paiement du loyer
  • Hygiène parfois approximative : se laver les dents ou prendre une douche n'est pas un réflexe pour une personne atteinte d'apragmatisme.
  • L'alimentation de la personne peut aussi être affectée : le fait même de faire la cuisine semble dénué d'intérêt.

Toutefois il existe diverses stratégies pour lutter contre ce symptôme (voir nos fiches pratiques)