Symptôme - Dépression : les symptômes

Dépression: les symptômes

S’agissant d’une pathologie complexe, il est nécessaire de savoir quels sont les symptômes qui la composent afin de mieux la comprendre. Par ailleurs, il faut se rappeler que les formes et les intensités de la dépression sont très variables, et tenir compte des différences interindividuelles. C’est donc suivant l’état du patient qu’un médecin ou psychiatre sera en mesure de diagnostiquer la depression.

Le DSM-V (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) est un ouvrage utilisé en particulier par des médecins, des cliniciens, des chercheurs, etc., et qui regroupe les symptômes de maladies d’ordre psychiques et troubles mentaux. Il est un appui considérable pour effectuer un diagnostic.

Les critères de la dépression que propose le DSM-V sont les suivants :

  1. Au moins cinq des symptômes suivants doivent avoir été présents pendant une même période d'une durée de deux semaines et avoir représenté un changement par rapport au fonctionnement antérieur; au moins un des symptômes est soit (1) une humeur dépressive, soit (2) une perte d'intérêt ou de plaisir.
    NB: Ne pas inclure des symptômes qui sont manifestement imputables à une affection générale.

    1. Humeur dépressive présente pratiquement toute la journée, presque tous les jours, signalée par le sujet (sentiment de tristesse ou vide) ou observée par les autres (pleurs).

    2. Diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir pour toutes ou presque toutes les activités pratiquement toute la journée, presque tous les jours.

    3. Perte ou gain de poids significatif (5%) en l'absence de régime, ou diminution ou augmentation de l'appétit tous les jours.

    4. Insomnie ou hypersomnie presque tous les jours.

    5. Agitation ou ralentissement psychomoteur presque tous les jours.

    6. Fatigue ou perte d'énergie tous les jours.

    7. Sentiment de dévalorisation ou de culpabilité excessive ou inappropriée (qui peut être délirante) presque tous les jours (pas seulement se faire grief ou se sentir coupable d'être malade).

    8. Diminution de l'aptitude à penser ou à se concentrer ou indécision presque tous les jours (signalée par le sujet ou observée par les autres).

    9. Pensée de mort récurrente (pas seulement une peur de mourir), idées suicidaires récurrentes sans plan précis ou tentative de suicide ou plan précis pour se suicider.

  2. Les symptômes induisent une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d'autres domaines importants.

  3. Les symptômes ne sont pas imputables aux effets physiologiques directs d'une substance ou d'une affection médicale générale.

  4. L’épisode ne répond pas aux critères du trouble schizoaffectif* et ne se superpose pas à une schizophrénie, à un trouble schizophréniforme*, à un trouble délirant ou à une autre trouble psychotique.

  5. Il n’y a jamais eu d’épisode maniaque ou hypomaniaque.

Note: La réponse normale et attendue en réponse à un événement impliquant une perte significative (ex : deuil, ruine financière, désastre naturel), incluant un sentiment de tristesse, de la rumination, de l’insomnie, une perte d’appétit et une perte de poids, peut ressembler à un épisode dépressif. La présence de symptômes tels que sentiment de dévalorisation, des idées suicidaires (autre que vouloir rejoindre un être aimé), un ralentissement psychomoteur, et une altération sévère du fonctionnement général suggèrent la présence d’un épisode dépressif majeur en plus de la réponse normale à une perte significative.

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders DSM-5 (5e éd.). Washington, DC : Auteur.

* trouble schizoaffectif : Trouble psychique incluant à la fois des troubles de l'humeur (dépression, bipolarité) et des troubles psychotiques (symptômes semblables aux désordres schizophréniques)

* trouble schizophréniforme : Trouble identique à ceux de la schizophrénie sur une durée entre 1 et 6 mois.