Fiches pratiques - Stratégies de lutte contre l'apragmatisme dans la schizophrénie

Faire face à la désorganisation dans la schizophrénie au quotidien

Comment lutter contre l'apragmatisme dans les troubles schizophréniques ?

 

L'apragmatisme atteint directement la volonté du patient à effectuer certaines tâches de la vie courante. Il existe pourtant des stratégies qui peuvent permettre de réduire l'impact de ce symptôme qui peut avoir un fort retentissement dans la vie quotidienne.

Le ménage :

Le simple fait d'entretenir son logement est une tâche qui demande de planifier son activité quotidienne. Or, l'apragmatisme va souvent impacter cette capacité qui nous paraît pourtant basique.

  • Ne reprochez pas à la personne la mauvaise tenue de son logement. Cela peut générer une culpabilité contre-productive.
  • Effectuez les tâches ménagères avec elle. Cela aura aussi le bénéfice de lui faire gagner en autonomie.
  • En cas de difficultés réellement lourdes, vous pouvez aussi avoir le droit à un(e) aide de vie à domicile qui passera une à deux fois par semaine. Ce service est de plus remboursé à 75 % une fois les formalités administratives nécessaires effectuées.

L'alimentation :

Le fait de se nourrir régulièrement et convenablement est rendu complexe par l'apragmatisme. Les personnes atteintes de troubles schizophréniques ont tendances à manger sur le pouce et ne cuisinent que rarement des plats élaborés.

Que faire ?

  • Invitez-le à manger régulièrement chez vous : en plus de créer un moment de convivialité, cela aura des répercussions positives sur son alimentation.
  • Faites de la cuisine quelque chose de positif. Si la personne considère cette activité comme un plaisir et non comme une contrainte qui n'a que pour but de se nourrir, elle aura tendance à manger de manière plus équilibrée.
  • Planifiez les courses : faire ses emplettes n'est pas naturel pour quelqu'un souffrant d'apragmatisme. Si vous élaborez avec elle des listes de courses basiques, son frigo aura moins tendance à être vide de manière systématique. 

La prise de médication :

Etre atteint de troubles schizophréniques peut rendre complexe la prise régulière de médicaments. Les causes de cette difficulté sont toutefois multiples : anosognosie (la personne n'a pas conscience de ses symptômes) et apragmatisme. Comment faire pour stabiliser la médication et améliorer la prise en charge ?

  • Faire prendre conscience à la personne de ses symptômes. Cela peut néanmoins être une tâche de longue haleine qui doit être prise en charge par des professionnels.
  • Utiliser l'injection retard pour certains traitements : plusieurs médicaments peuvent être administrés de cette manière. Un infirmier se rend à domicile et effectue une injection toutes les deux semaines. De cette manière, le patient n'a plus à prendre quotidiennement une partie de son traitement. Ce dernier se libérera progressivement dans son organisme durant lesdites deux semaines.

Les tâches administratives :

 

  • Il peut être parfois nécessaire d'accompagner la personne dans ses tâches administratives. Néanmoins, il est préférable que cela soit fait en collaboration avec votre proche dans une stratégie relevant de la confiance mutuelle.
  • Plafonner les retraits et paiements à un certain montant par semaine peut être une solution. Il est ainsi possible de mieux gérer ses achats et son budget et d'éviter les achats compulsifs parfois présents dans la schizophrénie. Cela peut cependant générer une certaine forme de frustration. En parler avec votre conseiller bancaire peut permettre de fluidifier ce problème.
  • Parfois, une mise sous tutelle ou curatelle de votre proche peut s'avérer nécessaire. En ce cas, le tuteur / curateur est responsable de bon nombre des tâches administratives et peut alléger le travail de l'aidant.