Fiches pratiques - L'art-thérapie auprès de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une pathologie du vieillissement qui affecte non seulement les capacités cognitives mais aussi les facultés verbales. Face à l’appauvrissement des mots, il devient nécessaire d'appréhender d'autres possibilités de communication auprès de la personne désorientée. Parmi celles-ci, l'art-thérapie se révèle particulièrement indiquée puisqu'elle amène une approche thérapeutique originale et adaptée du pouvoir expressif et des effets relationnels de l'art dans un contexte de soin.

A quoi sert l'art thérapie pour les personnes atteintes par la maladie d'Alzheimer ?

Originellement définie comme « l'exploitation du potentiel artistique dans une visée thérapeutique et humanitaire », l'art-thérapie vise plus particulièrement les personnes souffrant de problématiques d’expression, de relation et/ou de communication.

Auprès de la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer, l'art-thérapie peut donc permettre d'offrir un espace d'expression créatif ouvert sur son parcours de vie. Durant les séances, le sujet retrouve des gestes, des attitudes qui semblaient perdus et ce sont ses possibilités qui, reconnues par les proches et/ou l’équipe soignante deviennent source de valorisation et d’épanouissement. Différents médias artistiques peuvent être utilisés : plastiques (dessin, peinture, modelage, collage, ...) écriture et calligraphie, photographie, arts corporels et de représentations (danse, théâtre, marionnette, mime, ...), musicothérapie (écoutes musicales, implication vocale et jeux d'instruments, ...) selon la réceptivité de la personne et les objectifs thérapeutiques formulés. Le contact des différents supports de création et la contemplation de l'esthétisme amènent une forme de plaisir présent à tout âge de la vie : la gratification sensorielle (fait d'impliquer les différents sens). Quant à la musique, elle participe à la libération de la dopamine, neurotransmetteur responsable de la sensation de plaisir et de récompense.

A l'avancée des différents stades de la maladie ce sont les oublis progressifs et la perte de repères qui peuvent faire apparaître de l'anxiété, de la confusion et une baisse considérable de l'estime de soi amenant un repli sur soi menaçant la relation à l'autre. Participer à un atelier collectif d'art-thérapie permet de viser des objectifs tels que la baisse de l'anxiété, la stimulation de l'expression artistique et verbale, l'implication relationnelle ou encore la valorisation de l'estime de soi.

Exemple d'un accompagnement art-thérapeutique à dominante picturale : 

"Mme B. est dans un stade très avancée de la maladie d'Alzheimer, elle déambule beaucoup dans la structure d'hébergement où elle vit. Son langage s'est considérablement appauvri et elle est souvent dans un discours écholalique (répétition des mots prononcés par l'interlocuteur). Elle participe deux fois par semaine à un atelier d'art-thérapie à dominante picturale. Progressivement, Madame B. s'approche de la table de création, elle semble s'impliquer, ne déambule plus et émet des choix de couleurs et d'outils. Elle prend beaucoup de plaisir à contempler sa production et à ce qu'on lui lise son nom inscrit au dessus."

Exemple d'un accompagnement art-thérapeutique à dominante musicale :

"M. L. a une pathologie du vieillissement type Alzheimer et est sujet à des agitations extrêmes entraînant des cris fréquents et de la violence contre le personnel lors des soins. L'art-thérapie à dominante musicale lui est alors proposée dans le but d'atténuer l'anxiété et de permettre du lien à l'autre. Ainsi les séances de musicothérapie semblent lui procurer du calme, les cris s'estompent, M. retrouve de l'appétit et les soins se déroulent dans de meilleures dispositions. Sous conseil de l'art- thérapeute, l'équipe prend l'habitude de mettre une compilation de musique qui permet de détendre M.L. pour les différentes interventions".

Récemment, l'activité d'art-thérapeute s'est plus largement démocratisée et c'est autant en cabinet qu'en E.H.P.A.D. ou encore en accueil de jour que l'on trouve ce type d'atelier. Certaines associations comme Alzheimer Belgique proposent des séances d’art-thérapie communes aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ainsi qu'à leurs aidants.

Comment utiliser l'art-thérapie au quotidien ?

Connaître les goûts musicaux de la personne peut donc s'avérer très utile : aime-t-elle la musique classique ? Le jazz ? Quelles étaient ses préférences durant sa jeunesse ? 

Il peut être possible dans une moindre mesure de rechercher l'impact positif des médias artistiques au quotidien sans être art-thérapeute. En effet, proposer une activité artistique avec la personne en lui laissant la possibilité de s'exprimer, sans rechercher nécessairement qu'elle fasse « bien » devient un moment de plaisir, de communication et de renforcement de la relation entre l'aidant et la personne désorientée.

Partir de l'histoire de vie du sujet et de ses goûts est un avantage pour mettre à l'aise et désinhiber vis-à-vis de l'angoisse du début de la création. La technique du collage peut se révéler particulièrement pertinente pour aider la personne dans ses premiers pas artistiques. Enfin, proposer des écoutes musicales choisies pour leurs spécificités (musiques douces, musiques de souvenirs, sons de la nature, ...) peut offrir un bien-être qui répété au quotidien peut dans une certaine forme atténuer les souffrances liées à la maladie.

Ainsi, rechercher des possibilités d'approches et de communications autres que verbales devient un enjeu que le soignant comme l'aidant peut viser. L'art-thérapie et la pratique des arts en général sont des médias d'expression qui peuvent impacter positivement la personne désorientée. Cela permet également d'impliquer la famille et les aidants par leur regard porté sur les capacités créatrices de la personne et la valoriser.