Fiches pratiques - La dopamine

La dopamine

La dopamine est un neurotransmetteur synthétisé par certaines cellules nerveuses. Il s’agit d’une substance motrice, impliquée dans le contrôle du mouvement, la croissance des tissus et le fonctionnement du système immunitaire. Elle est aussi étroitement liée aux comportements d’exploration, à la vigilance ou au plaisir et est, par conséquent, impliquée dans de nombreux troubles neurodégénératifs.

La dopamine est un neurotransmetteur appartenant aux catécholamines. Les catécholamines (Dopamine, Adrénaline et Noradrénaline) sont des neurotransmetteurs impliqués dans le système nerveux sympatique, système contrôlant la plupart des activités inconscientes ou autonomes tels que les battements cardiaques ou la contraction musculaire.

Le cycle de la Dopamine

Elle est principalement produite dans la substance noire et l'aire tegmentale ventrale (régions du cerveau) à partir de la tyrosine, acide aminé produit à partir de la phénylalanine. Les acides aminés permettent la formation des protéines et sont à l’origine d’autres substances chimiques.

SCHEMA 1 - catécholamine_cycle. titre : Cycle de production de la dopamine

La dopamine est le précurseur de l'adrénaline et de la noradrénaline.

 

La fabrication de la dopamine est assurée par une variété de neurones appelés neurones dopaminergiques.

Après avoir été produite dans les neurones présynaptiques (neurones envoyant le message nerveux), la dopamine est chargée dans des vésicules synaptiques par un transporteur. À l'arrivée, les vésicules libèrent leur contenu dans la fente synaptique par exocytose (sortie des neurotransmetteurs).

La dopamine libérée dans la fente est en partie captée par des récepteurs se trouvant sur la cellule postsynaptique (cellule recevant le message) et transmet ainsi le signal neuronal. Environ 80 % de la dopamine libérée est re-captée par les neurones dopaminergiques présynaptiques par des transporteurs sélectifs.

La dégradation à l'intérieur du neurone postsynaptique s’effectue par des enzymes mitochondriales, les monoamine-oxydases A et B (MAO).

SCHEMA 2 - synapse_dopa. titre : Libération de la dopamine au niveau neuronal

 

La dopamine dans les différentes maladies neurodégénératives :

On doit la découverte de l’implication de la dopamine dans la maladie d’Alzheimer au neuro-biologiste et médecin Arvid Carlsson. Selon les chercheurs, le niveau de dopamine peut être faible chez les personnes atteintes de cette maladie. La dopamine est particulièrement impliquée dans la régulation des processus cognitifs associés à la maladie d'Alzheimer (capacité de calcul par exemple). Elle est aussi associée à une fonction normale de l'humeur et les patients présentent fréquemment des symptômes non-cognitifs tels que l'anxiété, la dépression, l'apathie et la psychose.

Les recherches du Docteur Carlsson ont aussi permis de mettre en évidence le rôle déterminant de la dopamine dans le contrôle du mouvement.

La maladie de Parkinson entraîne la mort des cellules sécrétrices de dopamine dans le système nerveux central ainsi que la diminution de Tyrosine hydroxylase (TH). Le déclin de TH est également associé à d’autres maladies neurodégénératives tels que la dépression ou la schizophrénie.

En conséquence, les patients atteints de la maladie de Parkinson montrent une altération de leurs fonctions motrices ainsi que, dans de nombreux cas, des symptômes dépressifs.

A l’inverse, une augmentation de la dopamine entraîne une hyperactivité et est notamment responsable de ballisme (mouvement involontaire d’un membre, brusque et ample) ou de chorée (mouvement involontaire d’un membre, brusque et plus ou moins ample) dans la maladie de huntington ou de certains comportements agressifs ou anxieux dans l'autisme.utia

SCHEMA 3 - balance_dopa. Titre : Effet d'un déficit ou d'un excès en dopamine

 

Enfin, on trouve une activité dopaminergique basse dans les dépressions caractérisées par une diminution de l’activité motrice et une baisse de la motivation. A l’inverse, les produits et les activités procurant du plaisir, comme l’héroïne, la cocaïne, le sexe, activent certains systèmes dopaminergiques. C’est pour cela que la plupart des traitements se basent sur des médicaments augmentant la dopamine, comme la L-Dopa ou les amphétamines.