Fiches pratiques - La communication dans la maladie d'Alzheimer

Communication dans la maladie d'Alzheimer

L'avancée de la maladie va peu à peu diminuer les capacités d'une personne à communiquer. En effet, échanger avec une personne atteinte par la maladie requiert beaucoup de patience, d'écoute et de compréhension. Les techniques qui suivent peuvent améliorer la compréhension entre l'aidant et son proche.

Changements dans la communication  

 

Les changements dans la communication sont spécifiques à chaque personne atteinte par la maladie d'Alzheimer. Dans les premières phases de la maladie, la personne n'aura pas spécialement de changements dans la communication, mais aura tendance à répéter une histoire ou à ne pas trouver ses mots. Mais la maladie progressant, les aidants pourront noter d'autres changements :

  • Utilisation de mots familiers avec répétition
  • Invention de nouveaux mots pour désigner des objets familiers
  • Facilité de perte de la ligne de pensée
  • Retour à l'utilisation d'un langage enfantin
  • Montrer des difficultés à organiser les mots de manière logique
  • Perte de la motivation à communiquer

Aider une personne avec Alzheimer à communiquer

 

Les personnes atteintes par une démence auront beaucoup plus mal à communiquer leurs pensées et émotions. De même, elles auront beaucoup plus de problèmes à comprendre les autres. Il y a tout du moins certaines manières d'améliorer cette communication.

  • Soyez patient et aidant : Montrez à la personne que vous êtes attentif à ce qu'elle dit et que cela vous importe. Faites attention à ne pas l'interrompre
  • Offrez confort et assurance : Si la personne à des problèmes pour communiquer, faites lui savoir que ce n'est pas grave et encouragez-la à continuer
  • Évitez les critiques et les corrections. Essayez de comprendre les significations, pour cela vous pouvez reformuler la phrase ou répondre par des questions simples.
  • Évitez toutes disputes, cela rend les choses généralement plus compliquées. Les disputes ont tendance à augmenter le niveau d'agitation des personnes malades
  • Essayez de deviner ce que la personne veut dire. Si la personne ne trouve pas les bons mots pour s'exprimer mais que vous trouvez la bonne réponse, ne corrigez pas systématiquement, cela ne fera qu'augmenter la frustration
  • Essayez de privilégier la communication sans paroles. Si une parole a du mal à se faire comprendre, demandez-lui de désigner manuellement la chose ou le fait qui la dérange
  • Évitez toutes les sources de distraction. Trouvez une place calme et silencieuse, cela facilitera la communication et la mémorisation
  • Concentrez-vous sur les émotions, pas sur les faits. Les malades d'Alzheimer tendent à utiliser des moyens non-verbaux pour s'exprimer. Déceler les émotions plutôt que le concret peut vous aider à comprendre

Les meilleurs moyens de communiquer

 

Alors qu'une personne dans les dernières étapes de la maladie peut ne plus avoir les capacités pour répondre, une conversation continue de la part de l'aidant possède des bénéfices indéniables. De plus, lors d'une conversation avec une personne atteinte par la maladie, il est très important de choisir avec précaution ses mots.

  • Présentez-vous : Approchez la personne toujours de face et dites qui vous êtes. Gardez un bon contact visuel. Si la personne est couchée ou assise, abaissez-vous à son niveau.
  • Utilisez le prénom de la personne afin de l'interpeller et de capter son attention plus efficacement.
  • Utilisez des mots et phrases simples et courtes : des requêtes et histoires longues peuvent surpasser leurs capacités à comprendre ou à suivre la totalité de la conversation.
  • Parlez doucement et avec distinction : Utilisez un ton et un débit de parole calme et relaxé. Appuyez et insistez sur les mots clés.
  • Attendez patiemment la réponse : Il est très frustrant pour les personnes âgées en général de ne pas avoir le temps de répondre, ceci du aux ralentissements causés par l'âge.
  • Répétez les questions et les informations : Si la personne ne répond pas, attendez un moment et répétez votre phrase. Faites toujours attention aux sources de distraction possibles venant interférer avec votre discours.
  • Tournez les questions en réponses. Plutôt que de dire "Avez-vous besoin d'aller aux toilettes ?" dites plutôt "Voici les toilettes".
  • Évitez les mots et phrases vagues : qualifier toujours les choses dont vous parlez. Par exemple dites "le bain est prêt" plutôt que "C'est prêt".
  • Tournez le négatif en positif : au lieu de dire "N'allez pas dans la buanderie" dites plutôt "Venez vous asseoir".
  • Donnez des indications visuelles : Si vous voulez indiquer quelque chose à la personne, il sera peut-être nécessaire de le lui indiquer en touchant l'objet en question
  • Évitez les questionnaires : En effet les réminiscences peuvent aider à la conversation, mais évitez "vous vous rappelez... ?"
  • Écrivez les informations importantes : Ainsi la personne pourra l'utiliser en tant que pense-bête
  • Traitez la personne avec dignité et respect
  • Échangez d'une manière calme et détendue : Soyez conscient que vos mimiques, le ton de votre voix et vos gestes accompagnent vos élocutions. Il est donc important d'utiliser un ton amical avec des expressions faciales bienveillantes.